Les Miss, entre défi et défilé

C’est à partir des années 20 que les Français se mettent à élire la plus belle femme de France. Mais bien avant cela, dans les fêtes populaires, religieuses ou paiennes, il y a toujours eu un personnage féminin choisit par une communauté censée y incarner la beauté mais également bien d’autres vertus. Julien Thivin montre ainsi dans La vraie histoire des Miss que ces célébrations de la beauté ont une réelle place dans l’histoire de nos sociétés et dans la vie de provinces. Le concours actuel est crée en 1927 et est relancé par Christian Dior qui en profite pour inventer le parfum Miss Dior en hommage à sa soeur. Télévisé depuis 1986, ce concours est marqué par la chapeautée Geneviève de Fontenay et garde en mémoire les miss Sylvie Tellier‏Mareva Galanter, Sonia Rolland et Elodie Gossuin.

Si la beauté est au coeur du concours de Miss France, elle est aussi le sujet de la somme magistrale d’Umberto Eco. En posant la question simple mais si complexe : qu’est-ce que la Beauté ? De cette problématique découle le notion d’art, de goût, la mode ? Objectivité ou subjectivité…ainsi commence l’exploration d’Umberto Eco au cœur de l’esthétique. Michel Serres a aussi dirigé une magistrale oeuvre sur quelques…100 000 ans de beauté. Au delà de la qualité de l’oeuvre, l’esthétique de l’ouvrage est remarquable.

Qui dit défilé et beauté, dit aussi « silhouette ». Tirant son origine d’un nom d’un ministre qui travailla tant à taxer la richesse, son patronyme devint synonyme de dépouillement. La breveté de son passage ministère accentue l’aspect furtif associé à ce mot. A partir du 18e siècle, il prend un autre sens avec le développement de l’art de « silhouetter » au crayon ou au ciseau. Les artistes ne se concentrent tout d’abord que sur le visage. Très vite, ces profils ne suffisent plus et l’ensemble du corps est pris pour modèle. Dès lors, le genre se démocratise dans le domaine artistique avec les caricatures sur les affiches, médical avec les séries morphologiques ou cinématographique avec la lanterne magique. Au cours du 20e siècle un glissement de sens va s’opérer. Le mot silhouette désignant jusqu’à présent un physique singulier va devenir plus intime et désignera dès lors l’apparence. Charge à nous désormais de « garder la forme » ou « d’avoir la ligne », thème qui sera présent à n’en pas douter dans la presse féminine de l’été prochain. C’est toute cette histoire que George Vigarello raconte dans le bel ouvrage la silhouette : du XVIIIE siècle à nos jours, naissance d’un défi.

George Vigarello s’est aussi attaqué à faire l’histoire de la robe. Car si il est bien 2 vêtements indissociables du défilé des miss : c’est la belle robe de soirée et le bikini. Dressant l’histoire de la robe du Moyen Age à aujourd’hui, il propose un beau livre qui pour le coup fait dans la dentelle ! L’analyse est fine et intéressant et les illustrations ne le rendant que davantage passionnant.  Petite invention qui a révolutionné la mode, le bikini est désormais porté sur toutes les plages du monde, ou presque.  Ambassadrice du deux-pièce, Brigitte bardot a lancé la mode et desormais, des stars du cinéma, de la mode ou du burlesque, il est passé au statut d’objet iconique. Patrice Gaulupeau retrace cette belle histoire dans Bikini, la légende avec plein de belles photos emblématiques.

Pour aller plus loin

N’hésitez pas à faire un tour sur Babelio pour faire le plein d’autres idées encore !

Et bien sûr, si vous avez aimé l’article, pensez à liker, partager et à vous abonner !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Les Miss, entre défi et défilé

Laisser un commentaire